Adénopathies : nécessité d’établir un diagnostic précoce (experts)

ALGER- La nécessité d’établir un diagnostic précoce et de prendre en charge de manière précoce les adénopathies (ganglions) a été recommandée mercredi à Alger par les participants aux 17e journées médicochirurgicales.

"Les adénopathies existent dans toutes les spécialités et pathologies et doivent être prises en charge car elles peuvent cacher un cancer ayant déjà évolué", a averti le professeur Omar Zemirli, chef de service ORL et de chirurgie cervico-faciale au CHU Issad-Hacen (Beni Messous).

Il a estimé qu’il "nécessaire" de se montrer "attentif" aux adénopathies chroniques, lesquelles doivent être bien explorées, expliquant que l’adénopathie est la maladie des ganglions pouvant cacher des maladies graves.

"Plusieurs maladies peuvent se manifester par des ganglions au niveau de n’importe quelle partie du corps, d’où la nécessité d’une prise en charge", a encore recommandé Pr. Zemirli.

Il a fait observer que toutes les spécialités médicales sont concernées par cette pathologie qui se manifeste sur toutes les parties du corps, notamment au niveau du cou, du thorax et de l’abdomen.

A cet effet, le Pr. Zemirli a appelé à la mise en place dans tous les CHU d’un "réseau" qui puisse s’occuper uniquement des ganglions afin de prendre en charge les malades et suivre leur cheminement pour éviter que chaque médecin établisse individuellement un diagnostic.

Il a indiqué que ce procédé permet d’abord d’établir un diagnostic précis avant de passer à la chirurgie, faisant remarquer toutefois qu’une adénopathie tuberculeuse peut être soignée par un traitement et éviter ainsi la chirurgie.

Par ailleurs, ces journées ont été dédiées à la mémoire du Pr. Pierre Chaulet, décédé en octobre 2012 à l’âge de 82 ans en France et enterré en Algérie.

Cet hommage a été rendu au défunt en présence de ses enfants et de sa veuve. Grande figure anticolonialiste, Pr. Chaulet était militant de la cause nationale, humaniste et artisan de l’éradication de la tuberculose en Algérie.

Par la même occasion, les participants ont rendu hommage au professeur Ameur Soltane, spécialiste en chirurgie thoracique, décédé mardi soir (hier) suite à une arrêt cardiaque. (APS) mercredi 2 octobre 2013 16 : 56