Journée mondiale de lutte contre le Sida : L’ONU espère doubler le nombre de personnes sous traitement en 5 ans

Le 1er décembre, journée mondiale de Lutte contre le sida est un nouveau rendez-vous pour sensibiliser le public sur la question. De 1985 au 30 septembre 2015 le nombre de cas déclarés est estimé, selon le ministère de la Santé à 9.606 cas dont 1.632 cas de sida et de 7.974 cas de séropositifs

Il faut savoir qu’au cours des 5 dernières années, le nombre de nouveaux cas d’infections au VIH diagnostiqués dans le pays est relativement stable, évoluant entre 700 et 800 cas en moyenne par an. La lutte contre le sida est érigée au rang de priorité dans la politique nationale de santé. Elle se caractérise par un engagement politique maintes fois affirmé à l’échelle nationale et internationale. 61 centres de dépistage et 15 centres de référence de prise en charge des PVVIH ont été créés afin d’assurer la prise en charge des malades atteints, avec toutes les prestations requises, de façon gratuite. Sur le plan international, l’Organisation des Nations unies (ONU) compte "briser l’épidémie du sida" en doublant le nombre de personnes sous traitements antirétroviraux d’ici 2020, alors qu’un peu moins de la moitié de ceux vivant avec le VIH y ont actuellement accès. Selon le dernier rapport d’Onusida, le nombre des personnes mises sous traitement antirétroviraux (TARV) étaient de 15,8 millions en juin 2015. Il est passé à 7,5 millions en 2010 pour atteindre 2,2 millions en 2005. « Tous les cinq ans nous avons plus que doublé le nombre de personnes sous traitement salvateur », a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, une agence spécialisée de l’ONU. Et d’ajouter « nous devons juste le faire une fois de plus pour briser l’épidémie du sida et l’empêcher de rebondir ». L’Onusida, qui se félicite des « progrès extraordinaires » réalisés à cet effet, estime que « le monde a stoppé et renversé la propagation du VIH ». La même source précise que les nouvelles infections liées à ce virus ont été réduites de 35% depuis l’an 2000 et le nombre de décès dus au sida ont été réduits de 42% depuis le pic en 2004. « Des progrès ont été réalisés dans chaque région du monde, mais le rythme est trop lent », a estimé toutefois M. Sidibé. L’Onusida craint qu’il puisse y avoir un rebond de l’épidémie si les pays ne font pas plus d’efforts pour empêcher que les nouvelles infections continuent bien qu’elles aient reculé de plus d’un tiers (35%) entre 2000 et 2014. Pour parvenir à éliminer l’épidémie en 2030, l’ONU s’est fixé des objectifs intermédiaires pour 2020 en utilisant la formule « 90-90-90 ». 90% des personnes infectées par le VIH doivent le savoir, 90% des personnes connaissant leur statut doivent suivre un traitement et 90% de celles qui sont traitées doivent voir leur charge virale supprimée.

El Moudjahid