L’Algérie a élaboré sa stratégie nationale d’élimination de la transmission mère-enfant du virus du SIDA (OMS)

ALGER- L’Algérie a élaboré sa stratégie nationale d’élimination de la transmission mère-enfant du virus du SIDA et a publié son troisième plan national stratégique de lutte contre le SIDA (2013-2015), a indiqué samedi, un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé.

"L’Algérie a marché à grand pas (...) vis-à-vis de la déclaration des Nations Unies sur le VIH/SIDA de 2011 et est l’un des rares pays ayant introduit les directives de l’OMS sur le traitement depuis 2010", a précisé le communiqué.

La couverture du traitement antiviral permettant aux personnes porteuse le VIH de vivre en bonne santé et d’exercer pleinement leur rôle d’acteurs du changement dans la société, a augmenté de 18 %, et l’Etat algérien "consacre annuellement des dépenses non négligeables dans la lutte contre le VIH, a souligné la même source.

"En terme d’égalité des genres, toute la stratégie nationale prend en considération la protection et la promotion de la femme et le renforcement dans sa participation à la riposte nationale", lit-on dans le communiqué de l’OMS.

Il est également noté que "la poursuite de la lutte contre la stigmatisation et la discrimination avec une plus grande implication des PVIH dans la réponse est l’une des priorités de l’Algérie".

En 2012, de "nombreux" programmes d’autonomisation, d’appui psychosocial et de développement économique ont été mis en place dans une "dynamique multisectorielle pour concrétiser le rêve de Zéro discrimination", rappelle l’OMS.

Malgré toutes ces réalisations, l’organisation a mentionné "de nombreux obstacles" qui freinent les progrès de la lutte contre le Sida en Algérie, à savoir, "l’accès aux services de prévention pour les groupes les plus vulnérables, et le dépistage et l’élimination des stéréotypes et comportements discriminatoires", qui "nécessitent encore une concentration des interventions et des synergies de toutes les parties prenantes", selon l’ONU SIDA.

L’ONU SIDA a rappelé que l’Algérie, et depuis la découverte du 1er cas de SIDA en 1985, a toujours été dans le rang des rares pays qui ont cru aux "progrès" enregistrés aujourd’hui par l’organisation onusienne.

Le communiqué souligne par ailleurs que l’objectif d’une génération sans SIDA peut désormais être achevé d’ici 2015. APS) samedi 30 novembre 2013 17 : 22