L’OMS prône une hausse des taxes sur le tabac pour réduire les risques mortels

NEW YORK - L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé vendredi les pays à augmenter les taxes sur le tabac pour encourager le sevrage tabagique et éviter que de nouveaux consommateurs ne deviennent dépendants, soulignant que le tabac tue près de 6 millions de personnes par an.

L’appel de cette organisation onusienne a été lancé à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac qui est célébrée le 31 mai de chaque année.

Sur la base des données de 2012, l’OMS estime qu’une augmentation des taxes de 50% permettrait à l’ensemble des pays de réduire le nombre des fumeurs de 49 millions au cours des trois prochaines années et de sauver 11 millions de vies.

Alors que le tabagisme provoque un décès toutes les six secondes, jusqu’à 50% des consommateurs meurent à cause du tabac, qui entraîne aussi des coûts considérables pour les familles, les entreprises et les gouvernements.

Le traitement des maladies liées au tabac comme le cancer et les cardiopathies est coûteux. Les maladies et les décès liés au tabac frappent souvent des consommateurs dans la force de l’âge, en pleine activité professionnelle, affectant leur productivité et leur revenu.

Pour la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, l’augmentation des taxes sur le tabac constitue ’’le moyen le plus efficace de réduire le tabagisme et de sauver des vies’’, ajoutant qu’une action résolue dans le domaine fiscal ’’frappe l’industrie du tabac là où cela fait mal’’.

Les prix élevés sont un moyen particulièrement efficace pour amener les jeunes à ne pas commencer à fumer, leurs moyens étant souvent plus limités que ceux des adultes, explique l’OMS.

Cette organisation estime que si tous les pays augmentaient les taxes sur le tabac de 50% par paquet de cigarettes, ils percevraient 101 milliards de dollars de recettes supplémentaires.

Le tabagisme est la principale cause de décès évitables dans le monde : le tabac tue près de 6 millions de personnes par an, dont plus de 600.000 sont des non-fumeurs victimes du tabagisme passif.

Si rien n’est fait, met en garde, l’OMS, le tabac provoquera plus de 8 millions de décès annuels en 2030 dont plus de 80% dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

APS Samedi, 31 Mai 2014 09:02