L’effet protecteur de l’aspirine contre le cancer colorectal absent chez certaines personnes

WASHINGTON - L’effet protecteur de l’aspirine et des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) contre le cancer colorectal est absent chez certaines personnes, a révélé une étude publiée mardi.

Les chercheurs ont découvert que les bienfaits thérapeutiques de l’aspirine et des AINS contre ce genre de cancer étaient absents chez environ 9% des participants à l’étude qui avaient des variations génétiques sur le chromosome 15.

Ils ont constaté aussi que 4% avaient deux génotypes encore plus rares sur le chromosome 12, qui accroissent le risque de cancer colorectal. Les auteurs de l’étude ont analysé et comparé les données génétiques et de mode de vie de 8.624 hommes et femmes diagnostiqués d’un cancer du colon, ainsi que 8.553 autres qui ne souffraient pas de ce cancer.

Ces données proviennent d’études menées entre 1976 et 2003 aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Allemagne avec des personnes de descendance européenne.

"Notre espoir est de trouver des sous-groupes de la population chez qui l’utilisation de l’aspirine et des AINS a des bienfaits thérapeutiques qui surpassent les risques", a souligné Ulrike Peters, un des chercheurs.

APS Mercredi, 18 Mars 2015 09:44