Médecine : appel à la révision de la formation académique en Algérie

ALGER- Le président du Forum de la formation médicale continue, Dr. Abdelhamid Salah Laouar, a appelé samedi à Alger à la révision de la formation académique en médecine tout particulièrement en direction des médecins généralistes.

Il est primordial d’actualiser les programmes de formation dans le domaine médical notamment en direction des médecins généralistes comme cela se fait de par le monde, a indiqué Dr. Laouar en marge du 11e Forum de formation continue au profit des médecins généralistes, soulignant que la formation actuelle "est dépassée".

Il a estimé important de réhabiliter le médecin généraliste car "étant présent à travers toutes les régions du pays et le premier qui consulte le patient quelle que soit l’affection".

La rencontre s’est déroulée en présence de médecins généralistes des différentes wilayas du pays des deux secteurs public et privé pour prendre connaissance des nouveautés dans le corps médical et les moyens de prise en charge des maladies graves à travers le programme riche et diversifié prévu à cette occasion.

Hier vendredi, les médecins avaient reçu une formation sur le diabète et l’hypertension artérielle. La journée de samedi sera, elle, consacrée aux maladies cardiovasculaires, aux difficultés respiratoires, aux inflammations à la vaccination et aux maladies glandulaires.

En marge de la formation, sept ateliers ont été organisés sur divers thèmes dont les techniques de mesure de la tension artérielle et la formation des médecins généralistes en matière de prise en charge du citoyen en cas de panique générée par les catastrophes.

Ce corps médical apportera sa contribution au plan national de lutte contre le cancer (2015/2019) à travers notamment le diagnostic précoce des tumeurs outre l’accompagnement des personnes âgées souffrant de maladies lourdes.

D’autre part, le président de la Société algérienne des maladies vasculaires (SAMEV), Pr. Mansour Brouri, a insisté sur la formation du médecin généraliste en matière de prise en charge des urgences dues aux maladies cardiovasculaires en particulier, rappelant que le ministère de la Santé avait mis en place un programme prophylactique à ce sujet.

Le Pr. Brouri, également chef du service de médecine interne à l’hôpital Djilali Belkhenchir de Birtraria, a précisé que le renforcement de la prise en charge de ces maladies qui sont en tête des maladies mortelles dans le monde contribuera à diminuer les cas pathologiques et à sauver des vies.

Il a appelé enfin, les services des maladies cardiovasculaires à organiser des sessions de formation en direction des médecins généralistes à l’échelle nationale dans le cadre du réseau des établissements de proximité en charge de cette spécialité.

aps Samedi, 09 Mai 2015 16:45