Ramadhan et santé : Des campagnes de sensibilisation pour éviter les décompensations

Une instruction ministérielle de la direction de la prévention au ministère de la santé exige de tous les directeurs des établissements de santé publique d’organiser des campagnes d’information et de sensibilisation sur Ramadhan et santé. Une instruction qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des activités de prévention durant le saison estivale 2015.

Le directeur de la prévention rappelle que cette année, le Ramadhan coïncide avec des périodes de fortes chaleurs et les journées de jeûne sont longues, jusqu’à 18 heures par jour, ce qui impose une vigilance vu le risque de déshydratation qui pourra mettre en danger la santé des personnes les plus vulnérables, il s’agit principalement des personnes âgés, des malades chroniques, des patients sous certains traitements et des femmes enceintes. « Ces situations de fortes chaleurs, combinées au jeûne durant plusieurs jours constituent une agression de l’organisme humain, ce qui engendre un déséquilibre métabolique et une déshydratation et a pour conséquence une décompensation des maladies chroniques », a-t-il tenu à préciser.

Le directeur de la prévention au ministère de la Santé, le Pr Mesbah, compte sur la collaboration des directions du ministère des Affaires religieuses et des wakfs, de la société civile, les médias locaux (radio locales) avec l’appui des cliniciens et les établissements de santé afin d’organiser des campagnes de sensibilisation sur Ramadhan et santé durant toute la période du jeûne avec une attention particulière pour les malades chroniques, souvent âgés et dont certains s’obstinent à jeûner au risque de l’aggravation de leur état de santé.

A cet effet, des outils d’information standardisée élaborés par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière sont mis à leur disposition comme support de cette campagne. Il s’agit de fiches techniques dans les deux langues (arabe et français), au nombre de neuf, adaptées pour les situations spécifiques, à savoir Jeûne et personnes âgées, Jeûne et grossesse, Jeûne et allaitement et les fiches techniques pour Jeûne et maladies chroniques prévalentes, en l’occurrence l’hypertension, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, les maladies ulcéreuses et autres maladies chroniques, tels que l’asthme et l’épilepsie.

D’autres fiches concernent également le jeûne et la prise médicamenteuse, les effets du jeûne sur la santé, le jeûne et la canicule, etc. La direction de la prévention rappelle également que toutes ces fiches sont téléchargeables sur le site du ministère de la santé : www.sante.gov.dz dans l’espace « ramadhan et santé » pour faciliter leur utilisation par les professionnels de la santé et le grand public, les médias et les radios locales.

Le directeur de la prévention exige une évaluation des manifestations organisées au niveau de chaque wilaya : « Une importance particulière est attachée quant à l’application, la mise en œuvre et le suivi de cette instruction et vous demande de me transmettre une évaluation des manifestations organisées au niveau de votre wilaya. » Les neuf fiches rédigées dans les deux langues, arabe et français, insistent sur les bienfaits du jeûne, mais mettent l’accent sur les risques que peuvent encourir des personnes atteintes de maladies chroniques et surtout les patients diabétiques et hypertendus mal contrôlés.

Des conseils leur sont justement donnés afin de ne pas mettre leur vie en danger. « Le jeûne a beaucoup de bienfaits sur la santé tant que l’alimentation est équilibrée en quantité raisonnable et que le temps de sommeil nécessaire est respecté. Pour les malades en soins ambulatoires souffrant de maladies chroniques, ou d’une maladie récente ainsi que pour les femmes enceintes, il est temps de consulter ou de demander conseil à son médecin pour la conduite à adopter pendant le mois sacré », a-t-on mentionné.

Usant d’un langage clair et accessible à tous, des conseils sont ainsi recommandés à tous types de personnes souffrant de maladies chroniques. Par ailleurs, des recommandations de la société algérienne de nutrition pour les jeûneurs insistent sur le maintien d’une bonne hydratation et boire un minimum d’un litre et demi d’eau ou d’autres boissons préparées à la maison peu sucrées entre le coucher et le lever du soleil. Maintenir une activité physique, marche ou footing, est aussi recommandé, comme il est important de se consacrer du repos au cours de la journée. -

El watan Djamila Kourta