Sida : 18,2 millions de personnes atteintes ont accès à la trithérapie dans le monde (Onusida)

ALGER - Quelque 18,2 millions de personnes avaient accès à la thérapie antirétrovirale (trithérapie) dans le monde, sur les 36,7 millions vivant avec le VIH alors que 1,1 million en sont décédées à fin 2015, révèle le dernier rapport de l’Onusida, arrêté à juin 2016.

Rendu public la veille de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la maladie, le 1er décembre, le document de l’agence onusienne fait ressortir qu’à fin 2015, un total de 2,1 millions de personnes, dont 150.000 enfants, ont été infectées par le virus.

Le total des personnes atteintes depuis le début de l’épidémie s’est élevé à 78 millions, dont 35 millions qui en sont décédées, est-il indiqué.

Pour la seule année 2015, 1,1 million de personnes sont mortes d’affections liées au Sida contre 2 millions en 2005, année qui avait enregistré un pic en termes de décès, relève l’Onusida, soulignant une "diminution" de 5% entre 2010 et 2015 du nombre de décès.

Les décès liés à la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH ont, quant à eux, chuté de 32% depuis 2004 , la tuberculose étant à l’origine d’un décès sur trois parmi les personnes vivant avec le VIH, explique le document.

En outre, chaque année depuis 2010, environ 1,9 million d’adultes ont été infectés par le VIH, ajoute l’Onusida qui note que sur les 18,2 millions de malades ayant accès au traitement, les femmes enceintes représentent 77 % et les jeunes prés de 46%.

Avec 19 millions d’individus, dont plus de la moitié de femmes vivant avec le VIH à fin 2015, l’Afrique orientale et australe demeure la région la plus touchée par l’épidémie, note l’Onusida. En 2015, le nombre de nouvelles infections s’y est élevé à 960.000, soit 46% des cas dans le monde avec une baisse cependant de 14% entre 2010 et 2015.

Durant ce quinquennat de référence, le nombre de décès liés au sida dans cette partie du globe a chuté de 38%, alors que six personnes sur dix sous trithérapie y vivent et que depuis 2010, les nouvelles infections au virus parmi les enfants ont reculé de 66%.

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) demeure l’une des plus faibles en termes de prévalence de l’épidémie, avec 230.000 cas vivant avec le VIH répertoriés en 2015 et 21.000 nouvelles infections, soit une hausse de 4% entre 2010 et 2015, indiquent les données de l’Onusida.

Les spécialistes de l’Onusida tiennent, à ce propos, à prévenir contre les risques de propagation de la pathologie en raison de l’instabilité et de l’insécurité y prévalant ces dernières années, certains pays étant en proie aux conflits armés et à l’instabilité.

A fin 2015, 19 milliards de dollars avaient été investis dans la riposte au sida dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (les pays récemment passés dans la catégorie des pays à revenu élevé ne sont pas pris en compte).

D’après des estimations de l’Onusida récemment actualisées, 26,2 milliards de dollars seront nécessaires pour la riposte au sida d’ici 2020, et 23,9 milliards de dollars d’ici 2030, conclut la même source.

APS Vendredi, 25 Novembre 2016 13:09