Traitements anti-cancer : le Centre Pierre et Marie Curie d’Alger sera réhabilité et requalifié (Boudiaf)

ALGER - Une enveloppe de 320 millions de dinars a été allouée pour la rénovation et la requalification du Centre de traitement des cancéreux Pierre et Marie Curie d’Alger (CPMC), a annoncé lundi Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière lors d’une visite de travail.

M. Boudiaf, qui s’est enquis auprès du personnel soignant et administratif des conditions de prise en charge des cancéreux et des patients, a indiqué que 150 millions de dinars ont dégagés pour réhabiliter les services du centre, alors que 120 millions et 50 millions de dinars ont été dégagés pour respectivement réhabiliter les anciens blocs opératoires et réaliser deux nouveaux dédiés à la greffe hépatique.

D’un autre côté, le CPMC a bénéficié de 500 millions de dinars pour l’acquisition d’équipements neufs ainsi que 150 millions de dinars pour l’achat d’un accélérateur, qui sera livré en septembre prochain.

Par ailleurs, le ministre a indiqué que d’ici à la fin de l’année 2015, le CPMC, implanté au sein du CHU Mustapha Pacha, disposera de 4 machines, trois accélérateurs et un au cobalt.

M. Boudiaf a ajouté que le CPMC a bénéficié d’un équipement de chirurgie du sein pour 140 millions de DA afin d’éviter l’ablation de cet organe pour les jeunes filles.

En matière d’effectifs, l’établissement recevra en juin prochain 10 agents manipulateurs, actuellement en formation, indique un document de l’établissement selon lequel les malades qui doivent faire des séances de chimiothérapie sont exemptés de la nécessité de prendre des rendez-vous.

Quant à la radiothérapie, le rendez-vous a été ramené de un à deux mois pour l’ensemble des organes contre 5 et 12 mois auparavant.

Selon le ministre, il reste le problème pour les rendez-vous de radiothérapie pour le sein, soulignant que cette situation peut être réglée ’’en procédant à la répartition et à l’orientation de ces malades sur les autres centres en fonction de leur domicile’’.

Le ministre de la Santé, qui a d’autre part visité l’établissement hospitalier spécialisé dédié aux grands brûlés, implanté à l’avenue Pasteur d’Alger, a annoncé que cet structure sanitaire va bénéficier d’une enveloppe de 2,4 millions de DA pour la réhabilitation de son laboratoire, en attendant la construction, a-t-il dit, ’’d’un nouveau centre à Alger’’.

La dernière étape de la visite a conduit le ministre à l’hôpital Djilali-Belkhenchir (ex-Birtraria) et à la clinique Arezki-Kehal à El Biar où il a reçu des explications sur le nouveau concept de l’hospitalisation à domicile.

’’Il faut un ancrage juridique sur cette activité pour qu’elle ne nous échappe pas’’, a estimé M. Boudiaf, qui a encouragé la formation des médecins et des paramédicaux.

’’On est aussi en train d’étudier le dossier de la médecine dans le Sud’’, a jouté le ministre, selon lequel une rencontre nationale sur la cardiologie est actuellement en cours de préparation, pour notamment ’’arrêter une politique’’ nationale dans ce domaine.

Le ministre de la santé est revenu par ailleurs sur l’impérieuse nécessité de l’amélioration de la qualité des soins, y compris aux urgences où 510 nouveaux lits ont été mis en place pour la réanimation.

En outre, des centres d’oncologie seront ouverts cette année dans de nombreuses villes comme Laghouat et Tizi Ouzou alors que des études sont en cours pour Béjaïa et d’autres villes, selon le ministre.

Lors d’un point de presse, M. Boudiaf est revenu sur la pathologie de la grippe saisonnière, rappelant que ’’ce n’est pas une grippe porcine’’. aps